16/07/2009

Benoît Violier distingué

ROCHAT_03_CHASSE.jpgVéritable somme cynégétique et gastronomique, le livre de Benoît Violier, La cuisine du gibier à poil d’Europe, vient d’être récompensé par la Société nationale des Meilleurs ouvriers de France, qui lui a décerné son Grand prix du livre. Quoi de plus normal pour le chef de cuisine du Restaurant Philippe Rochat, à Crissier, qui a été lui-même Meilleur Ouvrier de France en l’an 2000. Le jury a particulièrement apprécié «l’exhaustivité, la rigueur et l’inventivité» des quelque deux cents recettes dédiées à toutes les espèces de grand gibier chassable sur le continent européen. Le livre avait déjà obtenu le Prix de la littérature gastronomique 2008, octroyé par l’Académie internationale de la gastronomie. Le recueil, déjà vendu à plus de 6500 exemplaires, en est à sa 2e édition.

La cuisine du gibier à poil d’Europe, de Benoît Violier. Photographies de Pierre-MIchel Delessert, textes de Blaise Guignard, Ed. Gerfaut. www.opusculinaire.com.

23/06/2009

Un beau coup de Reboul

pierre-reboul.jpgEn déplacement du côté d'Aix-en-Provence l'autre jour, la bonne surprise du jour a été la découverte du restaurant de Pierre Reboul. Ce garçon a commencé chez Michel Chabran avant de trouver en Jacques Pic (oui, le papa d'Anne-Sophie, à Valence) un vrai père spirituel. Puis ce sera un passage au Taillevent de Philippe Legendre, avant d'ouvrir l'Absinthe pour le compte de Michel Rostang. A 26 ans, le jeune homme ouvre son premier resto à Tain-l'Hermitage en 1997 et décroche sa première étoile Michelin. Un bref passage à Saint-Rémy-de-Provence avant d'ouvrir sa table à Aix, sous son simple nom. Il y propose une cuisine très moderne, intégrant un poil de moléculaire, mais pour mieux mettre en valeur les produits, et spécialement ceux de sa région, qu'il réinvente avec bonheur.

Lire la suite

22/05/2009

Crisci et Martin en congressistes

crisci_martin.jpgEn accompagnant Carlo Crisci et Denis Martin à Pampelune, pour leurs prestations au Navarro Gourmet, je n'ai pu m'empêcher de me poser des questions sur le rôle des congrès, gastronomiques ou pas. Du point de vue de ceux qui présentent une conférence ou une démonstration, le congrès est un moyen de se faire connaître, de se mettre en valeur. Avec tout leur talent et leur gentillesse, Crisci et Martin ont dû ressentir, comme tous les conférenciers invités à un congrès quelconque, une fierté inconsciente d'être parmi ceux qui sont conviés à présenter leur travail. C'est forcément très valorisant.

Lire la suite

08/07/2008

Au royaume de l'art de vivre

crisci_c_c.jpgJ'ai eu le privilège, l'autre soir, d'être invité par l'Académie internationale de la gastronomie à Cossonay, chez Carlo Crisci. L'Académie est en fait une fédération de clubs, confréries et académies nationales provenant de 22 pays. Et chacun de ces clubs est composé de personnes fort distinguées, qui aiment se retrouver pour partager bonne chère, bons vins et, parfois, bons cigares. L'Académie suisse des gourmets, par exemple, est présidée par Pierre Mirabaud, par ailleurs président de l'Association suisse des banquiers, et compte en son sein quelques fleurons du gotha helvétique.

Lire la suite

28/03/2008

Un jour à Cully

637812551.jpgQuand je serai grand, j'habiterai à Cully. Ce n'est plus un village et ce n'est pas encore une ville. Chacun s'y connaît, et si vous ne buvez pas l'apéro au moins une fois par semaine avec les autres habitants, vous êtes perdu. Et, finalement, Cully compte une concentration de bons restaurants rare. Comment pourrais-je vivre ailleurs?

Lire la suite