12/10/2007

A la chasse... à la chasse

Daniel Schwad, dans son restaurant de MiseryC'est marrant: quand l'automne arrive, tout le monde me téléphone, m'interpelle, m'arrête pour une seule et unique question: "Qu'est-ce que tu recommandes comme resto pour la chasse?" Comme si je passais mon mois de septembre à faire la tournée des râbles, selles et autres gigots de la région. D'abord, la chasse, j'aime celle de ma belle-mère, à la maison. J'adorais celle de Roland Pierroz, à Verbier, mais c'est trop tard. Jean-Michel Joris, en ses Alpes d'Orsières, c'est magnifique... si on réussit à réserver une table en automne.

Mon ami Alain Giroud recommande dans la Tribune de Genève de ce jour l'Auberge de Pinchat. Courrez-y vite avant que Daniel Ficht prenne sa retraite dans quelques semaines. Et puis, il y a tous les grands chefs qui ne ratent pas l'occasion. Gérard Rabaey publie d'ailleurs une jolie recette d'émincé de chevreuil à la crème sur son blog.

Bon, d'accord, mais dans l'abordable, qu'est-ce qu'il y a? Faudrait d'abord savoir, mon bon Monsieur, si la chasse, vous l'aimez bien forte, remplie d'odeurs de sous-bois, un peu faisandée, ou anesthésiée sous une couche de crème? Bon, dans le désordre, comme ça, les Chevreuils, à Vers-chez-les-Blanc, le Raisin, à Begnins, la Balance, à L'Isle, ou le Restaurant de Misery, dans la Broye (photo). Vous en avez d'autres à suggérer, vous?

12:20 Publié dans Produits | Lien permanent | Commentaires (5)

22/05/2007

Du vin tout 9

Tendance 9Mon excellent ami André Fuchs, par ailleurs directeur de Schenk, la maison de vins rolloise, s'est arrêté l'autre jour me poser quelques échantillons de sa dernière création, dont 24 heures s'était fait l'écho. Ca s'appelle Tendance 9, et c'est assez frais pour l'été. De quoi s'agit-il. En fait, l'an dernier déjà, des passionnés de vin ont voulu créer un produit pour les jeunes, histoire de rivaliser avec les alcopops et autres bières.

Le 9 du nom, c'est pour 9 degrés d'alcool. Moins fort que le vin, donc, mais deux fois une bière. Et comment on fait ça? C'est tout naturel, qu'y disent. Fermentation normale puis, dès que les 9 degrés sont atteints, on stoppe la fermentation. Du coup, il reste pas mal de sucre résiduel dans la boisson. Ce qui est rigolo, c'est que c'était destiné aux jeunes, mais que beaucoup de femmes l'ont adoptée, comme quoi le marketing peut parfois se planter.

La nouveauté de cette année, c'est que Tendance 9 est désormais commercialisé en bouteille 25 cl, histoire de se placer dans les bars et autres cantines. Décliné en blanc ou en rosé, il doit se boire très frais. On a testé à température ambiante, c'est décevant. Par contre, bien frais, dans une flûte à champagne, c'est vraiment agréable. Tellement, d'ailleurs, qu'on en oublie que la boisson a... 9 degrés. C'est traître, cette petite chose!

13:51 Publié dans Produits | Lien permanent | Commentaires (4)

03/05/2007

L'amour de la plume dans un concours goûteux

Laffiche de la Semaine du goût 2007Bon, c'est un peu délicat d'en parler puisque j'en suis l'un des deux organisateurs, mais bon... ma modestie légendaire... l'intérêt des lecteurs... allons-y.

Aujourd'hui a eu lieu le lancement du nouveau concours de... nouvelles, organisé conjointement par la Semaine du goût, 24 heures et la Tribune de Genève. L'an dernier, le thème était le Polar du goût, une nouvelle policière qui devait se passer dans une cuisine romande. On a eu beaucoup d'empoisonnements, pas mal de découpage de cadavres. Et surtout un succès incroyable. 111 manuscrits étaient arrivés dans les temps. Et la qualité était plus qu'au rendez-vous. Les membres du jury avaient consacré quelques belles après-midi d'été à dévorer tout ça.

Cette année, on remet ça, donc, sur le thème de la "Cuisine amoureuse". Ah, l'amour en cuisine. Tous les sens en émoi. Ca me donne furieusement envie de participer, mais... Et on lance aussi un concours pour les moins de 16 ans. Une poésie sur le thème de "Ma Pomme". Vous voulez les règles du jeu? Pour le premier, maximum 15 000 caractères sur le thème, envoyés par mail à concoursgout@24heures.ch ou concoursgout@tdg.ch, c'est comme vous voulez. Le gagnant, outre le plaisir de voir son texte publié dans nos deux journaux et sur nos trois sites internet, gagnera un nuit pour deux au Lausanne Palace, avec libre accès au spa et repas tout compris à la Table d'Edgar. Pour les jeunes, une poésie d'au maximum une page A4, à envoyer à la même adresse. Et un iPod nano à gagner.

Je me réjouis déjà de vous lire, avec les autres membres de ce prestigieux jury, Gérard Rabaey, chef du Pont-de-Brent, Denise Campiche, lauréate du concours 2006, Pascal Rebetez, éditeur et journaliste à la TSR, Nathalie Chaix, lauréate du prix Georges-Nicole 2007, Floriane Bornet, journaliste RSR, Marc Rosset, cofondateur de la Semaine du goût.

 

13:19 Publié dans Produits | Lien permanent | Commentaires (1)

20/03/2007

Un chocolatier qui rigole

Tristan CarbonatoC’est une adresse que je fréquente volontiers, sur La Côte vaudoise, dans un petit village pas trop loin de chez moi. L’adresse, c’est celle du chocolatier Tristan, à Bougy-Villars, juste sous le Signal de Bougy cher à la Migros. Tristan Carbonatto s’est formé dans quelques grandes maisons, dont Girardet. Et puis, une échope s’étant libérée tout près de chez lui, il s’est installé dans ce qui était l’atelier du peintre Jacques Walther. Autour de lui, toute sa famille l’aide, sa femme, sa soeur, sa mère, son père. Et les dames du village, évidemment, qui se réunissent dans la grande salle pour emballer les oeufs de Pâques en période de gros boum.

Tristan, d’abord, c’est une joie de vivre qui fait plaisir à voir. Il aime son métier, il rit, il s’amuse toujours à préparer des spécialités. Il a du succès, le Tristan, au point que les notables de La Côte font la queue jusque dans la rue avant Noël ou Pâques. Mais ce ne lui est pas monté à la tête, il ne parle pas d’ouvrir des succursales ou de monter ses prix. Il fait ce qu’il aime. Et nous, on aime ce qu’il fait, ses truffes à l’ancienne ou au champagne, ses plaques de choc 85% de cacao, etc. Parce que, en plus de sa bonne humeur, il a un talent fou.

Alors, allez visiter sa petite boutique du bonheur. Vous en ressortireztout ragaillirdi par le bonhomme et ses créations.

Trisan Chocolatier, 1172 Bougy-Villars. Tél. 021 807 21 25. carbonatto@bluewin.ch. Ouvert mercredi, jeudi et vendredi, de 10 h à 12 h et de 13 h 30 à 18 h 30, samedi de 9 h à 16 h 30. Fermé dimanche, lundi et mardi.

18:05 Publié dans Produits | Lien permanent | Commentaires (1)