Widgets Amazon.fr

« Les Vaudois font fort au Mondial du Merlot | Page d'accueil | Les "interdits" de la RTS sur l'affaire Giroud sont édifiants »

20/05/2014

Une nouvelle "corporate identity" pour les vins suisses

vin,suisseRegardez bien cette petite image à droite: elle n'a l'air de rien mais elle porte la signature d'un tout grand. Car c'est à Tyler Brûlé, le pape du design, le fondateur du magazine culte Wallpaper, qu'on la doit. Ou en tout cas à son équipe Winkreative. C'est la nouvelle corporate identity des vins suisses, commandée par Swiss Wine Promotion et lancée aujourd'hui au Metropol de Zurich avec faste.


En fait, cela représente le morcellement de nos petits vignobles, chaque zone représentant une aire de production. Comme ça:

vin,suisse

Après, on peut décliner pour chaque canton ou chaque région comme cela:

vin,suisse

Ou on peut emballer le tout, comme cela:

vin,suisse

Ah oui, une campagne de lancement va démarrer, pour un budget de 200 000 francs (sur un budget de SWP de 2,5 millions environ).

14:44 Publié dans Vins | Tags : vin, suisse | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

Eh bien, dites donc !... Tyler Brûlé ! Rien que ça !...

Vous parlez bien du gars qui a recopié le logo de « SWISSAIR » et qui en a fait « SWISS » et qui a demandé bonbon pour son travail?
Dommage que cette indication manque dans la présentation que vous faites du « designer ». Vous auriez dû commencer par celle-là ou plutôt « cette parcelle là ». Les designers suisses -qui doivent mieux connaître les vins suisses que Brûlé- n’étaient-ils pas à la hauteur ?

Le logo est d’ailleurs formidablement formidable !... La Suisse-allemande mise dans un fourre-tout nommé « German-speaking-Switzerland » (avec « c’est bien mieux en anglais ») doit beaucoup apprécier. Les vins de Schaffhouse qui se retrouve en « assemblage » avec ceux des Grisons et ceux des bords du lac de Zürich, quelle belle connaissance de la viticulture suisse.
Les « Burgondes » doivent en être «bleus» de rire !... Et les Hauts-Valaisans ? Font-ils aussi partie de cette « parcelle » ou aire de production des « German-speakers » ?
Il est vrai qu’avec les explications complémentaires ajoutées au logo, le fourre-tout le devient légèrement moins. Mais un logo qu’il est nécessaire d’expliquer en détail, est-il le bon logo ? Surtout pour un logo de « corporate identity » (avec « c’est bien mieux en anglais » (bis)).

Les « vins suisses » crient bien fort pour que nous buvions local (et non en «Suisse») et en contre-partie, eux, ils partent à l’étranger pour donner du travail à un designer !... Cherchez l’erreur !

Dans cette affaire, dans cette galère, n’y a-t-il pas Pierre Keller , l’ex ECAL designer ?
Pardon ! Misère !... Aujourd’hui, on doit dire « Dieu le Père… des Vins vaudois ou alors, sa Pierre angulaire » !

Santé!

Écrit par : Père Siffleur | 21/05/2014

Cher Père Siffleur,
Votre acrimonie se porte mieux que jamais, à ce que je vois.
Pour ma part, j'aime beaucoup ce logo, moderne, urbain, qui servira à faire mieux connaître nos vins à l'étranger puisque, dans le pays, nous les connaissons déjà.
Si jamais, le designer n'est pas à l'étranger puisque Tyler Brûlé a son bureau en Suisse, ce beau pays.
Enfin, je crains que Pierre Keller n'y soit vraiment pour rien, ce coup-ci.
Santé aussi.

Écrit par : Dave | 21/05/2014

@Père Siffleur
Si j'avais bien compris le plan marketing de SWP, afin d'augmenter l'attractivité et l'achat de vins suisses PAR les Suisses, c'est (attention c'est un peu tordu)
-- de faire la promotion des vins à l'étranger
-- que les Suisses se rendent compte que les étrangers achètent des vins suisses
-- qu'ils se disent que si les étrangers le font, c'est que ça doit être bon...
Raison pour laquelle la promotion se fait en "angliche", c'est tellement plus urbain et international...
Le problème est que tant que les vins suisses n'auront pas une VRAIE identité (vanter la qualité d'un vin suisse en le faisant poser à côté d'un couteau "wengerinox", mon dieu...), il n'y aura pas de communication efficace.

@Dave Quant à dire que les Suisses connaissent leurs vins, c'est aller un peu vite en besogne...

Personnellement, j'aime bien ce logo, bien qu'il représente la surface viticole et non pas le vin qui y est produit...

Écrit par : Walter Pépéka | 22/05/2014

Cher Monsieur Moginier,

Je l’accepte très volontiers, je la revendique, je la crie, l’acrimonie!... D’autant plus que:

«Se faire traiter d’«acrimonieux» par un «journaliste gastronomique» ne peut être qu’un plaisir de fin gourmet.» (Merci à Monsieur Courteline qui ne s’est pas exactement exprimé ainsi, bien entendu.)

Je suis persuadé que vous auriez été un formidable politicien. Vous répondez avec des arguments «à côté du parchet». Relisez attentivement mon commentaire, jamais je n’y critique la qualité graphique du logo. Pourtant ce n’est que sur ce point et celui d'un «bureau suisse» que vous tentez de démonstrer que j’«acrimonise».
De plus, il est très probable que vous trituriez légèrement la vérité. Lorsque vous dites que Tyler Brûlé possède des bureaux (sous-entendu de design) en Suisse, vous slalomé grave.
Selon mes sources, la seule adresse qui se trouve sous le nom de Tyler Brûlé en Suisse est privée et aucune mention d’inscription de membre du SDA (Swiss Design Association)n'a été constatée. Le seul bureau est une antenne de la publication pour la jetset intitulée «MONOCLE». D’ailleurs, dans une interview lue dans BILAN (9 février 2014), Monsieur Brûlé s’exprime ainsi :

«Deux ou trois fois par an, je vais dans ma maison de Saint-Moritz pour une ou deux semaines. C’est toujours reposant. Bien sûr, j’y travaille aussi, je reste toujours en contact. En Engadine, je suis même extrêmement productif, puisque j’ai une heure d’avance sur Londres. Quand, là-bas, les collègues arrivent au travail, ils ont déjà mes courriels. »

Voir : http://www.bilan.ch/luxe-les-plus-de-la-redaction/tyler-brule-m-esprit-du-temps/page/0/1

On apprend donc que le «bureau suisse de design» de ce Monsieur est sa maison secondaire. Là où il passe au mieux six semaines par an et où il prépare et envoie des courriels à Londres…. Probablement que le «staff» mis en place dans ce «bureau» doit être très conséquent pour réaliser une tâche créative aussi titanesque. À aucun moment, dans son interview, Monsieur Brûlé ne parle d’un «bureau de design» qu’il posséderait dans notre beau pays.
Mais, si vous avez d’autres informations que celles publiées par BILAN, il me serait fort agréable que vous m’indiquer les coordonnées de cet atelier de design suisse appartenant à Tyler Brûlé. Je recherche actuellement un designer suisse de classe internationale qui soit à même de moderniser et «urbaniser» le logo de notre Club de Jass. Un club où n’est bu que du vin produit en «French-speaking-Switzerland», bien entendu !
D’avance, un grand merci !

Santé ! (attention ce n’est valable qu’à partir de l’heure de l’apéro)


PS: Si je fais dans la «gaudriole» tandis que vous faites dans la «gastronomie», je contrôle, malgré tout, mes sources et mes dires. Évidement avec des moyens inférieurs à ceux qui sont à la disposition d’un pro. Mais encore faut-il que le pro les utilisent, ce qui n’est malheureusement pas le cas de certains, ainsi que je me le disait une connaissance travaillant pour la presse.
Une dernière chose : si d’aventure, j’exprime une possibilité non vérifiable, j’utilise le conditionnel ou la forme interrogative, ce que, par exemple, j’ai fait pour Monsieur Keller.

Écrit par : Père Siffleur | 23/05/2014

"ainsi que je me le disait une connaissance travaillant pour la presse"
Cela ne s'invente pas...

Écrit par : Géo | 23/05/2014

"Si j'avais bien compris le plan marketing de SWP, afin d'augmenter l'attractivité et l'achat de vins suisses PAR les Suisses, c'est (attention c'est un peu tordu)
-- de faire la promotion des vins à l'étranger
-- que les Suisses se rendent compte que les étrangers achètent des vins suisses
-- qu'ils se disent que si les étrangers le font, c'est que ça doit être bon..."

Cela devient très compliqué :-)))
Je crois qu'il suffirait que le produit soit vu dans une série ou film à succès, utilisé (bu, en ce cas) par une gourde à succès pour que l'effet obtenu dépasse celui de toute autre campagne. Cela a été le cas des macarons, des Louboutin etc.

Écrit par : Inma Abbet | 23/05/2014

@Père Siffleur on parle d'abeilles disparues mais en vous lisant ,la fameuse phrase il ou elle a les abeilles prend tout son sens/rire
Allez tout bon week'end pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 23/05/2014

Cher Père siffleur, vos recherches ne vous ont donc pas mené à l'agence de Brûlé basée à Zurich? Lisez donc http://www.winkreative.com/about/

Écrit par : Dave | 25/05/2014

Cher Monsieur Moginier,
Merci infiniment de m'avoir informé de la présence du «headquarter» de l'entreprise "Winkcreative" de Monsieur Brûlé à Zürich. Merci surtout d'avoir confirmé que son «creative studio» était bel et bien à l'étranger (Londres).
Notre club de jass, celui des «CHA» (Cartes-Hommes-Anciens), ne sera donc pas en mesure de faire "relooker" son logo par l’équipe de Tyler Brûlé.
Mais, malgré tout, nous continuerons à ne boire que du vin de «French-Speaking-Switzerland», tout en restant persuadés que nos designer suisses sont d'aussi bons professionnels que nos vignerons et que nos vins sont de loin meilleurs que ceux fabriqués à partir de jus d'érable au Canada, pays d'origine de Tyler Brûlé, pays qui possède aussi de vraies vignes et de vrais vins que, malheureusement je ne connais pas.

Santé!

Écrit par : Père Siffleur | 25/05/2014

Les commentaires sont fermés.