Widgets Amazon.fr

« "Vino Business" secoue le monde feutré de Bordeaux | Page d'accueil | Une soupe d’agrumes pour se rafraîchir »

22/03/2014

Le Paradoxe d’un chasselas sans malo

vin,blanc,chasselas,lavauxChez les Vogel, au Domaine Croix-Duplex, à Grandvaux, on aime le chasselas. Tellement qu’on en produit neuf différents.


Le cépage vaudois entre encore dans l’assemblage d’un des best-sellers de la maison, la Fleurette 4 plants.

Aujourd’hui, Simon Vogel, qui a repris le domaine familial avec sa sœur Maude, est très fier de présenter l’aboutissement d’un projet né en 2008: réussir un chasselas sans deuxième fermentation, cette malolactique qui transforme l’acide malique en acide lactique, rendant le vin plus souple et moins acide.

C’est suite à la demande d’un ami de la maison que Simon Vogel s’est lancé dans l’aventure avec le millésime 2008. Il n’est pas le premier à la tenter à Lavaux, mais ils restent encore très peu nombreux.

Pour faire face à cette fraîcheur conservée, qui doit pousser le chasselas vers la gastronomie plutôt que vers l’apéro, le jeune œnologue a tâtonné et tenté diverses choses avant ce millésime 2012, où il pense avoir trouvé la recette.

D’abord dans le raisin, issu de vignes de plus de 30 ans sélectionnées dans le domaine et vendangé tard, avec 90° Œchslé. Stabilisé après la première fermentation, le vin est ensuite élevé sur lies huit à dix mois, puis mis en bouteille et laissé à la cave six mois.

Au nez, il est encore un peu fermé mais promet beaucoup, des fruits exotiques, des agrumes, du miel. Une minéralité, un joli gras dans une bouche vive et d’une belle longueur. Il faut en profiter puisque il n’y aura du Paradoxe que les années riches, donc pas en 2013. 

Paradoxe 2012, 75 cl, 18 fr. 30, www.croix-duplex.ch

Les commentaires sont fermés.