Widgets Amazon.fr

« Avec Adil, on prend la route des épices | Page d'accueil | "Vino Business" secoue le monde feutré de Bordeaux »

21/03/2014

Lavaux Passion veut fêter sa culture et sa viticulture

vin,lavaux,manifestationLes vignerons de Lavaux et le patrimoine Unesco s’associent pour un week-end de promotion de la région et de ses vins


«Nous ne voulions pas faire un simple salon des vins de Lavaux, avec juste une alignée de vignerons qui font goûter leurs bouteilles.» Blaise Duboux est président de la Communauté de la vigne et des vins de Lavaux (CVVL). Il est désormais également président de Lavaux Passion, une manifestation originale qui aura lieu pour la première fois les 13 et 14 septembre prochain. L’idée est donc d’allier le paysage, les gens qui y vivent et les vins qui y sont produits. C’est pour cela que les vignerons se sont associés à Lavaux Patrimoine mondial, dont le gestionnaire du site, Emmanuel Estoppey, est enthousiaste: «C’est le premier résultat de notre volonté de travailler avec tous les acteurs du site.» Il y aura donc des vins à déguster, certes, mais aussi des expos, des visites, des balades et même des croisières.

Manifestation mobile

L’autre originalité du concept, c’est qu’il est mobile. Si la première édition se déroule entre Cully et Grandvaux, les suivantes (chaque année) se dérouleront dans d’autres villes de Lavaux, entre Lausanne et Montreux. Et le tout entre trois lieux.

Le premier d’entre eux sera amarré à Cully: le bateau Lausanne servira de «centre de congrès», rigole Blaise Duboux. Le visiteur pourra apprendre les différents terroirs de l’AOC, et les comparer grâce à différents vins. Il pourra aussi suivre des cours de dégustation, participer à des ateliers mets-vins ou sur les parfums du vin. Quatre fois par jour, ce sera aussi l’occasion de prendre le large pour aller admirer le paysage dont on parle. «Et l’avantage du bateau, c’est qu’on peut aussi imaginer aller un jour à Evian ou à Genève.»

A terre, sur la place d’Armes de Cully, les vignerons seront présents pour faire déguster leurs crus. Mais il y aura aussi une exposition sur le patrimoine, et sans doute la remise d’un prix à un autre paysage culturel mondial, «parce que nous voulons partager notre notoriété et nous ouvrir au monde», explique Emmanuel Estoppey. La salle Davel hébergera également des tables rondes et des conférences sur la façon d’entretenir des paysages vivants de l’Unesco.

De là, des navettes relieront Grandvaux, promu «village des vignerons». «Nous voulons montrer le travail de la vigne tout au long de l’année», explique Blaise Duboux. Ainsi, douze caves du village (où l’on pourra aussi déguster) montreront le greffage, la lutte antigrêle, la mise en bouteilles, etc. Les guides du Patrimoine mondial proposeront également des balades pour expliquer le travail sur les murs ou l’architecture particulière d’une maison vigneronne. «Nous parlerons aussi des liens avec l’art ou la géologie», affirme Emmanuel Estoppey.

Des accords avec des hôtels et des restaurants de la région permettront d’offrir des paquets aux visiteurs intéressés. Cette année, le canton invité est celui de Berne. «On nous dit que nous perdons des parts de marché en Suisse alémanique. Nous allons essayer de les séduire, canton après canton», explique Blaise Duboux.

Budget élevé

Le budget de cette première édition est de 300 000 francs. «C’est une idée que nous avions depuis longtemps. Et là, cela fait trois ans que nous mettons de côté les subsides que l’Office des vins vaudois nous rétrocède.» Comme Lavaux Passion doit être pérenne, le comité estime que les prochaines années coûteront moins cher, et compte sur quelques sponsors. Mais pas sur les fonds débloqués par le Canton pour l’œnotourisme (2,5 millions sur cinq ans). «Le dossier n’est pas encore terminé et ne concerne pas du ponctuel.»


Haro sur Franz Weber

Bien sûr, en septembre, la votation sur «Sauver Lavaux III» sera de l’histoire ancienne.Mais les deux partenaires n’apprécient guère le projet de Franz Weber. Pour la CVVL, son président, Blaise Duboux, s’inquiète: «Weber veut sauver des paysages et des animaux. Mais il se fiche des hommes qui y travaillent et qui sauvegardent ce paysage.» Emmanuel Estoppey, pour Lavaux Patrimoine mondial, partage ce point de vue: «C’est le projet absurde de quelqu’un qui n’a rien compris à la sauvegarde d’un patrimoine vivant, ce qui veut dire qu’il y a une activité humaine.»

17:14 Publié dans Vins | Tags : vin, lavaux, manifestation | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.