Widgets Amazon.fr

« Des brownies qui tirent sur le fruit | Page d'accueil | Les beaux paysages alpins d’Emmanuel Renaut »

28/01/2014

Raphaël Garcia à la tête de Provins

vin,valaisQuinze jours à peine après l'éviction surprise de Roland Vergères, le directeur de Provins, le conseil d'administration a nommé à sa place Raphaël Garcia, actuel directeur du FVS qui gère la Foire du Valais et le CERM de Martigny.


Le conseil d'administration voulait "une personnalité de gagnant, avec une forte orientation client". Avec Raphaël Garcia, il est servi. Ce Valaisan de 42 ans possède un brevet fédéral en marketing, s'est occupé de la communication romande de Swissair, avant de diriger la partie romande de Ticketcorner, puis de lancer ClubAirways dans le domaine du voyage d'affaires.

A la tête de l'organisateur martignerain depuis neuf ans, Raphaël Garcia peut s'enorgueillir du succès de la Foire du Valais, dont la fréquentation a crû de 47% depuis l'an 2000 et où tout le canton se retrouve dans ce qui en devient la capitale provisoire.

Le nouveau directeur est convaincu que «la qualité des crus de Provins est reconnue, ma priorité sera d’améliorer la valorisation de ceux-ci en développant les ventes dans l’ensemble des segments clientèle».

Les murmures l'annonçaient depuis une semaine, comme elles disaient que le conseil d'administration voulait un directeur qui ne soit pas impliqué dans les "affaires" ou la politique valaisannes. C'est plutôt réussi, même si le directeur de FVS avait interdit la vente pendant Agrovina des T-shirts «C’est du foutage de gueule!», référence à l'affaire Cleusix, ce fonctionnaire qui n'avait pas payé ses impôts à Leytron. Comme il y interdit aussi tout colportage, on le lui pardonnera.

13:52 Publié dans Vins | Tags : vin, valais | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Merci pour cet article, avec des journées pourries comme aujourd'hui, ton blog m'a bien occupé :-)

Écrit par : simulation assurance auto | 15/02/2014

Com Swissair, Ticketcorner, ClubAirways, Foire du Valais...

Curieux quand-même, que le CA engage un type qui n'y connaît rien au vrai métier de l'entreprise.

Je trouve que c'est une insulte envers les "artisans" qui font la renommée des produits de la maison.

Ça donne l'impression que le CEO n'en a rien à foutre des produits, mais pourvu qu'ils se vendent.

Écrit par : petard | 24/02/2014

Entre l'affaire Giroud et cette histoire, c'est le ponpon pour le Valais !

Écrit par : petard | 24/02/2014

Les commentaires sont fermés.