Widgets Amazon.fr

« Diane, de MasterChef, sort son premier livre de cuisine | Page d'accueil | Testé pour vous: les chocolats des Monts »

06/12/2013

A Chexbres, l’Umé jette un pont entre trois cultures, avec succès

restaurant,japon,chine,lavauxL’homme qui avait fait découvrir la cuisine japonaise à Chexbres, Yoshi Iizuka, a remis son restaurant dans la petite rue du Cotterd, au centre du village.


Mais l’esprit asiatique perdure, avec Chen Rong et son mari, Lin Xiaoyu, le couple de Chinois qui a repris l’établissement. Celui-ci a été redécoré tout simplement et tout joliment pour lui donner l’ambiance de l’Orient sans en rajouter. Et il s’appelle désormais Umé, tout un symbole: l’umé, c’est une sorte de prune d’origine chinoise mais qui a été si bien introduite au Japon qu’on la connaît chez nous sous le nom d’abricotier du Japon.

Comme Lin Xiaoyu, aux fourneaux, qui aime cuisiner aussi bien chinois que japonais, avec le même talent. Dans les deux petites salles du restaurant donc, la carte n’est pas à rallonge, comme parfois dans les restaurants asiatiques. Mais elle combine avec aisance les deux cultures culinaires.

D’un côté, toute la gamme des poissons crus, déclinés en sashimis, nigiris, makis ou temakis. Faits à la minute, ils révèlent une belle qualité de produits, combinée à une connaissance des découpes nécessaires. Les makis au thon épicé (10 fr. les 6) étaient parfaitement équilibrés. Les nigiris aux œufs de poisson volant (10 fr. les 2) offraient tous les parfums de la mer, alors que ceux aux Saint-Jacques montraient une chair magnifique et translucide (10 fr. les 2). Des menus (de 56 à 75 fr.) permettent d’éviter de choisir sur la feuille de commande. Côté japonais toujours, la soupe miso est parfaite (7 fr.), comme ce tofu frit fondant de bonheur (12 fr.).

Dans la carte chinoise, on a beaucoup aimé le bœuf piquant sur ardoise bouillante, un émincé qui portait bien son nom sans que cela détruise les papilles gustatives (25 fr.). Chen Rong dirige le service avec beaucoup de gentillesse, et parfois un brin d’attente.

Quant à la troisième culture, c’est la carte des vins suisses qui l’offre, avec un choix ramassé mais bien fait, où les vignerons de Lavaux ont la vedette. On a apprécié un pinot noir des Fils Rogivue, tout de fruit, qui se mariait bien aux mets.

Umé, rue du Cotterd 2, 1071 Chexbres. 021 946 12 03. www.umerestaurant.ch. Fermé le dimanche.

Commentaires

Cette nouvelle adresse a l'air bien sympa. Je serais curieux de savoir si leurs tempuras de crevettes sont dans les règles de l'art japonais.

Écrit par : Lukas | 06/12/2013

Ils avaient l'air très bien et très fins!

Écrit par : Dave | 09/12/2013

Les commentaires sont fermés.