Widgets Amazon.fr

« Une bonne poire en sac mystère | Page d'accueil | Les sommeliers auront enfin leur brevet fédéral »

06/11/2013

Un quart de vendange en moins en 2013

vin,vaud,vigneLa Journée du vignoble vaudois sera l’occasion de faire le point sur une année difficile à la vigne, au résultat meilleur que prévu


«Le climat de 2013 est comme les chambres d’hôtel en Angleterre: à oublier.» Président de la Communauté interprofessionnelle du vin vaudois, Gilles Cornut inaugurera les rapports de la Journée du vignoble vaudois – aujourd’hui à Vufflens-le-Château – avec ce constat que partagent tous ses collègues: «On ne nous croit pas quand on dit qu’une année est exceptionnelle, explique-t-il. Et on en a eu plusieurs de suite. On a oublié que c’est d’abord la nature qui décide du succès de notre travail. 2013 nous l’a rappelé avec vigueur.» Entre grêle et météo, la récolte est d’un quart inférieure à la moyenne, estiment tous ceux que nous avons interrogés. Les chiffres exacts seront connus fin novembre quand les déclarations de vendanges seront toutes faites.

Des petites grappes

Il y a d’abord eu ce printemps qui ne s’est pas fait. La floraison de la vigne, en retard, s’est passée dans de très mauvaises conditions, provoquant coulure et millerandage (des baies de la grappe restent toutes petites). Il y a ensuite eu le gros épisode de grêle qui a touché Genève, La Côte, puis Neuchâtel. «Dans notre cave de Nyon, on n’a rentré que 500 tonnes de raisin au lieu de 2000», explique Gilles Cornut, également directeur technique d’Uvavins. «Avec la météo et sans grêle, il nous a manqué 150 tonnes, soit environ 12% de notre récolte, particulièrement dans les rouges», affirme Sylvie Mayland, directrice de la Cave de Bonvillars.

Encore moins que prévu

«J’ai un tiers de chasselas de moins que d’habitude et presque la moitié de gamay, deux cépages qui ont souffert au moment de la fleur», estime Martial Du Pasquier, à Concise. «On avait prévu 10% à 15% de moins au cours de l’été, mais avec l’automne il y a eu encore 15% de moins que nos prévisions pessimistes», avance Willy Deladoey, à Bex.

Comme le rappelle Olivier Viret, de l’Agroscope Changins-Wädenswil, «ce développement printanier laborieux a d’autant plus frappé les esprits que l’année 2013 succède à une série presque ininterrompue de millésimes très précoces depuis plus de vingt ans.» Mais 2013 reste quand même dans la moyenne du siècle.

Pour les vignerons, l’été chaud a été une bénédiction question maturation, mais le risque de maladies a été élevé. «J’y ai échappé cette année parce que j’ai été très attentif, mais j’ai des collègues qui se sont fait prendre», affirme Martial Du Pasquier. «L’essentiel de nos membres ont bien travaillé», estime Willy Deladoey, également président de la Fédération vaudoise des vignerons. Mais les vendanges ont encore été compliquées par les épisodes de pluie. «Il a fallu vendanger partout au coup par coup et étaler les vendanges, estime Philippe Corthay, œnologue pour plusieurs caves vaudoises. On est surpris en bien par ce qu’on a en cuve. C’est très sur le fruit, avec de belles acidités, mais peu de concentration.» Martial Du Pasquier est du même avis: «Les blancs sont vraiment jolis, et on a réussi à garder la couleur des rouges. Le millésime sera honnête.» D’autres vignerons sont un peu plus prudents.

SOUFFLE D'AIR DANS UN MARCHÉ TENDU

«Cette mauvaise récolte contribuera à assainir les stocks», estime Dominique Favre, chef de l’Office cantonal de la viticulture. Au 31 décembre 2012, il restait 31,9 millions de litres de blanc (19,27 mois de consommation) et 14,83 millions de litres de rouge (23,38 mois).

«Il reste encore énormément de vin sur le marché, même si l’opération de déstockage fédéral est en cours, affirme Willy Deladoey. Avec cette mauvaise année dans toute la Suisse, on sent un tout petit raffermissement sur le marché, ou au moins une stabilisation de la chute des prix.» «Mais cela risque aussi de nous faire quitter certains marchés qu’il faudra ensuite reconquérir», s’inquiète Gilles Cornut. «Avec la perte des ventes, beaucoup de caves qui avaient déjà de la peine financièrement vont souffrir pour s’en sortir», conclut Willy Deladoey.

08:34 Publié dans Vins | Tags : vin, vaud, vigne | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.