Widgets Amazon.fr

« Les Vegan affirment le goût de leurs plats | Page d'accueil | Les Bovy cultivent du merlot au Dézaley »

07/06/2013

Une belle touche familiale et italienne au Mont-d’Or lausannois

restaurant,italienLa maman de Serge Coletta offrait une belle palette de spécialités italiennes au Restaurant de La Tour, à Morges.


Il n’est pas étonnant que son fils continue à proposer une belle cuisine italienne et familiale depuis qu’il a repris le Mont-d’Or, à Lausanne. Tout en gardant la précédente équipe autour de lui, le nouveau patron a haussé le niveau de l’endroit. Un décor lumineux, des nappes de tissu, un service accueillant comme en Italie, quatre plats du jour à midi (de 17 fr. 50 à 25 fr. 50) et une carte où chacun trouvera son compte: la recette est gagnante.

Il y a bien sûr une belle déclinaison de pizzas à la pâte fine et à la cuisson soignée (de 14 fr. à 23 fr.). Il y a un très joli choix de salades à déguster sur la terrasse, entièrement refaite.

En entrée, notre choix s’est porté sur un carpaccio de bœuf exécuté dans les règles de l’art, avec sa roquette, ses beaux copeaux de parmesan et une viande parfaite (16 fr.). Les gambas sautées à l’ail ne faisaient pas mentir leur réputation, servies dans une cassolette brûlante, avec des crustacés croquants comme il faut et des gousses d’ail généreusement rôties dans l’huile d’olive (16 fr.). Un délice tout simple.

Côté plats, parmi la dizaine de pâtes proposées, les linguine aux vongoles et coques étaient parfaitement al dente, avec une sauce tomatée juste ce qu’il fallait et une belle présence de fruits de mer (27 fr.). Le risotto aux fruits de mer est une vraie réussite, avec un riz à très petits grains cuit parfaitement, un arôme d’ail bien dosé et un joli éventail de la mer joliment présenté (26 fr.).

La carte propose également quelques viandes de veau à l’italienne, du bœuf en pavé ou en tartare et des spécialités de saison. Et les desserts restent dans le classique, comme cette tartelette au citron ou ce tiramisu à l’amaretto.

Il ne reste qu’à se faire conseiller dans une carte des vins qui propose des crus d’ici (de Paccot au Satyre) et quelques italiens à prix d’ami, comme ce Carmenère de Cecchetto, un cru de Vénétie fruité et souple (41 fr.).

Les commentaires sont fermés.