Widgets Amazon.fr

« Notre application pour ne rien rater du terroir | Page d'accueil | Une belle touche familiale et italienne au Mont-d’Or lausannois »

07/06/2013

Les Vegan affirment le goût de leurs plats

cuisine,recette,livre,veganAlors que L’Age d’Homme sort une collection Vegan, sa directrice, Antonia Dimitrijevic, passe en cuisine avec la cantatrice Brigitte Hool


C’est une compétition originale à laquelle nous avons assisté l’autre jour à la Clinique Cecil: le Trophée culinaire Carlo Crisci opposait deux cuisinières amateures, l’une végétarienne, l’autre végétalienne.

La cantatrice Brigitte Hool en est venue graduellement à n’utiliser que des légumes pour elle, son mari et son très jeune fils, «presque par plaisir d’abord, je n’aime pas la viande». Le choix de l’éditrice Antonia Dimitrijevic, elle aussi jeune maman, est plus radical: elle est adepte du Vegan depuis qu’elle a 15 ans, refusant d’utiliser n’importe quel ingrédient d’origine animale, y compris le lait, le miel ou les œufs. La directrice des Editions L’Age d’Homme ne porte pas de vêtements en cuir, n’utilise pas de cosmétiques incluant des ingrédients animaux. «Il s’agit d’une question éthique. Pour moi, c’est évident, et je cherche toujours à aller plus loin dans cette démarche.»

Elle a ainsi beaucoup cuisiné à la Veggie Pride, qui s’est tenue à Genève il y a deux semaines: «Je n’arrivais pas à suivre le rythme avec mes pâtisseries, mais c’était génial.» Si elle trouve ses recettes sur internet, elle les adapte à sa manière, un peu instinctive, de cuisiner. Ce qui ne l’empêche pas de lancer une nouvelle collection dans sa maison d’édition, V, consacré uniquement au mouvement Vegan.

Des projets à la pelle

«J’ai rencontré un couple formidable, Sébastien Kardinal et Laura Veganpower, qui va très loin dans le domaine. Ce sont eux les auteurs des deux premiers petits livres que nous sortons. Mais nous avons plein d’autres projets dans nos tiroirs.»

Pour en revenir au concours, Brigitte Hool nous a séduits par ses ravioles d’aubergine et velouté de fèves, colorées et goûteuses. Antonia Dimitrijevic est, elle, partie sur du seitan, une fausse viande à base de gluten de blé, de levure de bière maltée, de poudre d’amande et de riz avec du lait de soja. Malgré la sauce au thé fumé et petits pois, malgré les morilles, le plat était moins séduisant au palais, peut-être parce qu’il y manquait un peu de matière grasse, propre à transporter les molécules aromatiques.

LES LIVRES

Sébastien Kardinal s’est lancé dans de jolies déclinaisons autour de la street food, ces mets qu’on mange avec les doigts, mais qui ne doivent pas forcément être malsains. Voici donc des burgers au tofu, des wraps au seitan, des hot-dogs au soja joliment présentés et colorés. (Street Food Culture, 64 p.)

Laura Veganpower, elle, part du côté pâtisserie, réinterprétant ses cupcakes sans lait ni beurre ni œufs, mais avec du lait de soja, de l’agar-agar ou du yaourt de soja. Elle prévoit même une version sans gluten. A ceux qui croient que c’est impossible, elle répond: «Il suffisait d’y penser.» (Des cupcakes pas comme les autres, 64 p.)

Les commentaires sont fermés.