Widgets Amazon.fr

« A Peney-le-Jorat, des patates de toutes les formes | Page d'accueil | La cave Tsallin, à Vétroz (VS) ou les fruits d'une saine ambition »

21/03/2013

Le retour de deux AOC historiques, Dézaley et Calamin

Les vignerons du Dézaley et du Calamin récupèrent leurs appellations historiques, avec des exigences supplémentaires


«Le Conseil d’Etat a écouté la production, c’est une excellente nouvelle!» Blaise Duboux, président de l’Interprofession du vin de Lavaux, est heureux: le canton a modifié sa loi sur les AOC et redonné au Dézaley et au Calamin leur appellation qui avait disparu de la loi il y a quatre ans.

Pour le vigneron d’Epesses et beaucoup de ses pairs de Lavaux, cette loi de 2009 était une hérésie qui gommait leurs deux terroirs mythiques, et ils se sont battus pour la faire modifier. La refonte des AOC voulait alors simplifier les appellations pour le consommateur, en réduisant leur nombre à six: La Côte, Lavaux, Chablais, Côtes-de-l’Orbe, Bonvillars et Vully. Et elle devait également hiérarchiser les vins, avec la notion de Grand Cru et de 1er Grand Cru.

Le Conseil d’Etat, répondant à la demande de la Commission interprofessionnelle du vin vaudois (CIVV), a donc remis deux AOC spécifiques au Dézaley et au Calamin, «en regard de leur réputation historique». Il faut dire que les deux régions en bénéficiaient déjà dans la loi précédente de 1949. Et «le terroir particulier de ces deux régions a été reconnu dans l’étude des terroirs viticoles vaudois publiée en 2004», poursuit le communiqué.

Les vins de ces deux régions pourront donc porter leur AOC, accompagnée de la mention Grand Cru, mais devront satisfaire à des exigences plus strictes, gages de la qualité et du prestige de ces noms. Les cépages blancs auront au minimum 71° Œchslé, soit cinq à six de plus que dans les autres régions, le gamay 80° Oe et les autres cépages rouges 85° Oe, soit dix de plus qu’ailleurs. Les rendements seront également limités comme pour l'appellation, soit à 0,94 l/m2 pour le chasselas et 0,80 l/m2 pour les rouges. Tout coupage est interdit, mais le vin pourra être assemblé avec au maximum 10% d’un autre vin de Lavaux. S’ils ne remplissent pas ces conditions, les vins ne porteront que l’AOC Lavaux. «Bien sûr, c’est un sacrifice à la qualité, mais nous sommes prêts à le faire», s’exclame Blaise Duboux.

18:52 Publié dans Vins | Tags : vin, vaud, aoc | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.