Widgets Amazon.fr

« 500 candidats au 1er Mondial du chasselas | Page d'accueil | Testé pour vous: L’Amour couché sur un lit… de fruits »

12/05/2012

Les belles pâtes de Sabine

Sabine_pâtes.jpgA Montricher, Sabine Beaud-Chierchierini, fille d’Italiens, fabrique spirales, tagliatelles et mafaldines avec patience et goût


Chez les Chiercherini, les pâtes étaient naturellement faites maison. Le papa, Toscan, et la maman de Romagne n’ont pas arrêté de les fabriquer en arrivant en Suisse. Et leurs quatre filles nées ici n’ont jamais manqué de mettre la main… à la pâte. La petite Sabine devenue grande – et devenue Beaud par mariage – a évidemment continué à faire ses tagliatelles, fusilli ou spirales dans sa maison de Montricher. Et comme tous ses amis s’extasiaient ou lui en commandaient, elle a gentiment monté sa petite entreprise, Pasta et Basta, juste à côté de chez elle, il y a deux ans.

Sophie Beaud-Chiercherini y consacre tout son temps libre à côté de son travail à temps partiel dans la fabrique de fluettes de Mario Laffely et de son rôle de mère de deux adolescents. «C’est pratique d’être proche. Je peux travailler pendant l’école et revenir pour leur préparer à goûter.» Entre deux, elle «va aux pâtes», comme ils disent dans sa famille. Pour les fabriquer, une machine de démonstration rachetée en Suisse alémanique. Elle y met sa semoule de blé dur, ses œufs, ses ingrédients, curry, tomate ou épinard. «J’ai dû modifier la recette de ma maman et de sa maman, faite pour être passée entre les rouleaux du laminoir. Pour la machine, la pâte doit être plus sèche, j’ai mis un moment à trouver le bon dosage.»

Elle recherche la proximité. Jean Weber, à Gingins, lui produit du blé dur pour sa semoule, mais pas assez. Elle se fournit au moulin de La Vaux, à Aubonne. Les œufs, cinq par kilo de pâtes, viennent de chez Longchamp, à Chavannes-le-Veyron. «J’aime bien les casser moi-même.» Elle produit pour le moment trois formes de pâtes, et six produits en tout. «J’aurais de la peine à en faire davantage.»

Evidemment, la machine produit quatre kilos de pâtes à l’heure, environ, que Sophie met à sécher deux ou trois jours, dans de grands paniers aérés par un ventilateur et un déshumidificateur. «Il ne faut pas les sécher trop vite, elles cassent.» Ensuite, elle les pèse sur sa petite balance, avant de remplir les sachets décorés par son mari. Les 60 kilos qu’elle produit chaque semaine sont vendus sur les marchés et dans les épiceries de la région, ainsi que dans quelques restaurants. «Je ne pourrais pas faire beaucoup plus, à moins d’arrêter de travailler.»

Sabine et son mari seront présents aujourd’hui au marché de Vullierens et au marché Meldem, à Apples. Les pâtes sont vendues en paquet de 400 g, à 6 fr. 50. Pour contacter Sabine: 079 401 31 64.




UNE RECETTE

Spirales aux asperges vertes et morilles

Ingrédients pour quatre: 1 paquet de spirales, 300 g d’asperges vertes, 20 g de morilles séchées, 2 dl de crème à sauce, 1 dl de vin blanc sec, 1 échalote hachée, sel, poivre et beurre.

Préparation

Faites tremper les morilles dans de l’eau tiède, puis égouttez-les bien.

Faites revenir dans une poêle et un peu de beurre les échalotes et les morilles, salez et poivrez.

Ajoutez les asperges détaillées en tronçons de 3 cm.

Mouillez avec le vin et l’eau de trempage des morilles, laissez réduire le temps de cuisson des pâtes (7-8 minutes).

Ajoutez la crème et rectifiez l’assaisonnement.

Les commentaires sont fermés.