Widgets Amazon.fr

« Les médailles valaisannes des Syrah du monde | Page d'accueil | 500 candidats au 1er Mondial du chasselas »

09/05/2012

Seuls onze vins ont passé la première sélection des 1er Grands Crus

1erGrandCru.jpgTrois ans après la nouvelle loi sur les AOC, quinze ans après l’idée, onze vins labellisés ont été présentés hier au Grand Conseil (sur la photo, Fabio Penta, oenologue de quatre des onze vins, fait déguster les lauréats.)


Il aura fallu quatre conseillers d’Etat entre la première évocation d’une notion de Grand Cru vaudois et la proclamation des onze premiers vins qui ont obtenu ce précieux label. Jacques Martin avait lancé le groupe de travail en juin 1997. Jacqueline Maurer avait avalisé le projet d’exigences, concocté par le même groupe en 2006. Jean-Claude Mermoud avait paraphé le règlement qui fixe les AOC en 2009. Et il n’aura pas vu s’achever le travail avec la présentation, hier après-midi, des onze vins au Grand Conseil vaudois, présentation suivie, évidemment, d’une dégustation des heureux élus

Intérêts divergents

«Nous avons toujours eu la volonté d’éviter un florilège de mentions dans chaque appellation régionale», a rappelé Dominique Favre, chef de l’Office cantonal de la viticulture. «Et il a fallu pas mal de conciliations devant la diversité des opinions exprimées par les différents partenaires.» Un bel euphémisme pour évoquer ce qui a provoqué quelques coups de gueule dans le vignoble vaudois. Car chacun, au moment de finaliser le règlement de 2009, défendait des intérêts divergents, du négoce à l’encaveur, du Vully au Dézaley.

Pour le deuxième étage de la pyramide lancé en 2009, les «simples» Grands Crus, un compromis n’exige d’eux que 5°Oechslé de plus que le minimum cantonal. Mais la loi limite les assemblages de différents vins. C’est ainsi que 76,3% du millésime 2011 pourrait automatiquement bénéficier de la mention Grand Cru dans le canton, mais qu’on la voit si peu sur les étiquettes

Pour le sommet, ces nouveaux Premiers Grands Crus, les conditions d’admission sont très strictes, «plus encore qu’à Bordeaux ou en Bourgogne», affirme Charles Rolaz, président de la commission responsable de la sélection. Ici, la mention n’est valable que pour un millésime, et il faut représenter son vin chaque année à la dégustation du jury pour la garder.

Effort financier

Rendements limités, degrés Oechslé exigeants, cela a peut-être découragé certains candidats. «A Lavaux, passer à un kilo de raisin par mètre carré pour le chasselas, c’est un sérieux manque à gagner», analyse Paul Baumann, directeur d’Obrist, qui produit le seul vin de Lavaux distingué. Surtout qu’il est difficile d’augmenter le prix de la bouteille en conséquence dans un marché où les vins vaudois s’accumulent dans les stocks (deux ans de consommation sont en cave).

«Ces vins représentent le fleuron de la production vaudoise», poursuit Charles Rolaz, dont la maison Hammel a quatre vins sélectionnés. «Nous espérons que leur réussite poussera d’autres candidats aux prochaines volées, jusqu’à 5% de la production.» Au dire de la commission, «on cherche des vins fruités, floraux, avec une belle minéralité et de la fraîcheur qui leur permette de bien vieillir.» Les onze vins dégustés offraient de belles promesses, même s’ils étaient fort jeunes. Surtout, ils exprimaient bien des terroirs très différents.

Reste que 0,5% des vins primés, cela reste très peu, même si une demi-douzaine de crus sont encore candidats et que les rouges devraient suivre en 2013.


Interview de Pierre Keller, président de l'OVV

Est-ce que ces Premiers Grands Crus vont vous aider à vendre le vin vaudois?

Ce n’est pas moi qui ai inventé ça, ce sont des gens très sérieux qui ont fait la loi de 2009 sur les AOC! Mais, pour moi qui aime viser l’excellence, je ne peux qu’applaudir la démarche. Parce qu’il est bon de mettre en avant la qualité de nos vins, aussi bien ici, dans notre canton, que dans le reste de la Suisse. Cela tirera aussi toute la production vers le haut, cela nous donnera une image encore meilleure.

Seulement onze Premiers Grands Crus, vous êtes déçu?

Onze, c’est peu, mais je vous rappelle que les vins sont choisis sur candidature. J’espère donc que le succès de la mention va convaincre d’autres vignerons de faire la démarche. Ce sera un plus sélectif et qualitatif. Nous avons fait, avec l’Office, une communication très qualitative pour faire savoir que ces Premiers Grands Crus existent.

Est-ce que c’est ça qui va vider les stocks de vins vaudois?

Bien sûr que non, cela ne va pas vider les caves. Mais je remarque que quand les gens travaillent dans la qualité, depuis la vigne jusqu’à la vente, ils s’en sortent plutôt bien malgré la crise. Ce qui me fait de la peine, ce sont les petits, ceux qui n’encavent même pas, et qui vendent leur vendange. Les grandes maisons ont fait de gros efforts mais elles ne peuvent pas non plus acheter des raisins dont elles n’ont pas besoin. Alors, les petits trinquent. Il faudrait quand même qu’on se pose des questions à Berne sur le fait d’importer de mauvais vins étrangers bon marché, alors qu’on produit de belles choses par ici.

 

1er_grandcru_infog.jpg

 


Les critères

Une mention clos, château, abbaye, domaine ou d’un lieu cadastral est nécessaire pour demander le titre 1er Grand Cru.

Un dossier technique (hormis pour le Dézaley ou le Calamin) portant sur les critères pédo-climatiques (terroir, orientation, etc.) et sur la notoriété du vin doit être établi par le candidat. Qui paiera un émolument pour l’étude de son dossier d’au minimum 800 francs.

Production intégrée, biologique ou équivalente sont nécessaires à la culture des parcelles.

6000 pieds/hectare au minimum sont demandés à la plantation.

Les vendanges sont manuelles.

Les cépages admis sont le chasselas, le gamay et le pinot noir. Aucun assemblage (hormis de pinot-gamay) ou coupage n’est admis.

Le rendement est limité à 0,8 l/m2 pour le chasselas et à 0,64 l/m2 pour les cépages rouges.

La teneur minimale en sucre de la vendange est de 75°Oechslé pour le chasselas, 80° pour le gamay et 85° pour le pinot noir.

L’embouteillage doit être fait dans le canton de Vaud.

Moins de 4 g de sucre résiduel par litre sont autorisés.

Une dégustation est organisée par Terravin sous l’égide de la Commission des premiers grands crus, des échantillons de cinq millésimes de la décennie précédente sont testés. Un vin recalé peut être représenté une fois.


Les onze vins

LAVAUX

Château de Chardonne, Chardonne, Obrist.

LA CÔTE

Domaine de Fischer, Féchy, Caves Hammel, Rolle.

Château de Mont, Mont-sur-Rolle, Naef, P.-A. Meylan, C. Albiez.

Domaine de Autecour, Mont-sur-Rolle, Obrist.

Château de Châtagneréaz, Mont-sur-Rolle, J.-Michel Besuchet, Schenk, Rolle.

Domaine Es Cordelières, Mont-sur-Rolle, V./H.-R. Graenicher.

Au Fosseau, Bursins, Reynald Parmelin.

CHABLAIS

Domaine de l’Ovaille, Yvorne, Deladoey Fils.

L’Ovaille 1584, Yvorne, Caves Hammel.

Clos de la George, Yvorne, Caves Hammel.

Clos du Châtelard, Villeneuve, Caves Hammel.


EDITORIAL PARU DANS 24 HEURES LE 9 MAI 2012

Le vin vaudois cherche sa voie

«C’est un moment incroyable et fantastique!» Avec la faconde qui le caractérise, Pierre Keller s’est montré plus qu’enthousiaste au moment de révéler les onze vins qui ont obtenu le label Premier Grand Cru. Il avait raison de se réjouir de cette naissance, après les quinze ans de gestation d’une idée proposée par les vignerons eux-mêmes. Mais il a aussi rappelé la crise qui secoue le vignoble vaudois.

Car, derrière ces onze «fleurons», l’histoire n’est pas toujours gaie. La consommation indigène fléchit toujours plus (-3,2% pour les blancs en 2011, +0,3% pour les rouges). Le négoce, qui rachetait avec constance les surplus de production, commence à renâcler ou à faire, pour certains, une grosse pression sur les prix. La grande distribution brade des vins locaux de belles appellations. Et même les Suisses alémaniques nous font de fréquentes infidélités, séduits par des vins étrangers charmeurs.

Le règlement sur les AOC de 2009 voulait simplifier le marketing de nos vins, en passant de 158 appellations à neuf (trois génériques et six régionales). Le but: construire une pyramide partant du vin de table jusqu’aux Premiers Grands Crus.

Mais les compromis entre des acteurs aux intérêts divers ont conduit à fixer des règles trop lâches pour les Grands Crus, qui ont ainsi perdu de leur valeur auprès des clients. En espérant que les Premiers Grands Crus tirent toute la viticulture vaudoise vers le haut, certains prennent leurs rêves pour des réalités. Certes, cette sélection est un pas dans la bonne direction, et il faut s’en réjouir. Mais il faudra encore beaucoup d’autres efforts dans le vignoble pour sortir de la crise. Comme une limitation plus sévère des rendements afin de faire diminuer les stocks, n’en déplaise à certains seigneurs du marché. Comme une politique de prix plus logique, entre des vins d’exception, trop bon marché aujourd’hui, et du chasselas courant parfois vendu trop cher. La route est encore longue.

16:23 Publié dans Vins | Tags : vin, vaud, aoc | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

J'ai failli tomber de ma chaise... 7 vins sur 11 de la galaxie Schenk!

L'OVV n'a pas peur du ridicule.

Si l'on dresse un parallèle avec Bordeaux ( 5 premiers grands crus - hors Yquem: Lafite, Latour, Mouton, Margaux, Haut-Brion), on remarquera qu'ils ne sont pas forcément les meilleurs, mais qu'ils sont certainement parmi les plus chers.

Et qui achète, pas forcément les meilleurs mais certainement les plus chers?
Je ne répondrais pas ici, ça risque d'être injurieux.

Consolation: les vrais nectars qui ne sont pas acheté par les ....... restent suffisamment disponibles et abordables pour les vrais amateurs.

Autogoal!!! Messieurs de chez Schenk!

Écrit par : petard | 10/05/2012

Cher Petard,
Je crois que vous avez mal lu: sur les onze vins, quatre sont de la galaxie Hammel (qui n'a rien, mais alors rien à voir avec Schenk), et seuls trois sont dans le giron Schenk (1 Schenk, 2 Obrist). Que Schenk obtienne un quart des 1ers Grands Crus n'est guère étonnant, dans la mesure où c'est le plus grand propriétaire vaudois, et de loin.
De plus, l'OVV n'a rien à voir à l'affaire: les 1ers Grands Crus sont nés de la loi sur les AOC, et la commission ad hoc a été réunie par le canton, pas par l'OVV.
Et je rappelle aussi que ces 1ers Grands Crus sont sur base de candidature. Si les encaveurs n'ont pas eu le cran de se porter candidat, c'est de leur faute.

Écrit par : Dave | 10/05/2012

@Dave
Vous avez raison, je me suis mélangé les pinceaux entre Hammel et Schenk. J'sais pas, j'avais à l'esprit que Clos de la George c'était dans le giron d'Obrist qui lui-même est dans le .....
Bref entre les deux c'est quand même un peu comme "Coop" et "Migros" qui se partagent le gâteau... Je ne serai donc pas surpris que bientôt "Maison Blanche", "Clos du Rocher", "Cure d'Attalens" rejoignent le Sacré Collège...

Mais ça fait quand même un peu désordre que des vins tels que le Renard, Crosex Grillé, Clos des Abbayes ou autre Médinette ne figurent pas dans ce genre de palmarès.
Et ça ne m'enlèvera pas l'idée que les meilleurs de chez Meilleur resteront "anonymes".

Écrit par : petard | 11/05/2012

Les commentaires sont fermés.