Widgets Amazon.fr

« Dégusté: un Conseiller à… conseiller | Page d'accueil | Le BaR du Beau-Rivage ou l'art du cocktail »

24/04/2012

Bovet vertical

bovet.jpgJ'aime bien les vins de Philippe Bovet, à Givrins. Ben, oui, un type qui adore le gamay et qui le cultive avec tant de respect, tant en vigne qu'en cave, ne peut pas être totalement mauvais. Mais c'est bien une verticale de chasselas que nous avons partagée.


Le garçon a repris la cave en 2002, soit il y a pile dix ans. Pour célébrer l'événement, il a donc organisé dix dégustations verticales de ses dix vins. Jeudi, c'était celle de son chasselas de Luins. Et, disons-le tout de suite, il n'y en avait aucun à jeter!

Le 2002, très fruit blanc mûr, avait encore une belle acidité et un peu de gras, et pouvait encore attendre tranquillement quelques années. Très beau 2003, à son apogée, avec un nez mielleux et mirabelle et un bel équilibre en bouche. 2004 peut encore attendre, avec son nez frais aux touches de fruits blancs et sa bouche persistante, avec fraîcheur et volume. Coup de coeur total pour un 2005 complexe, à la bouche fruitée, dense, encore vive, qui en a encore sous la pédale pour les années à venir. Même la petite année 2006 s'en sort bien, avec un nez puissant (dû peut-être à un rendement restreint à 700 g/m2),  qui gagnera encore à attendre un peu.

2007 s'ouvre sur un côté floral au nez, avec une bouche minérale et une note saline en finale. Un vin à conserver précieusement. 2008 est plus classique, avec ses notes de tilleul et de verveine, encore un peu de carbonique en bouche et un côté minéral. Encore beaucoup d'avenir. Magnifique 2009, grand grand millésime, avec un nez très floral, une attaque toute en vivacité, une belle matière et une note saline en finale. Et, évidemment, beaucoup d'avenir. 2010, enfin, s'ouvrait aux fleurs au nez et aux fruits jaunes en bouche, avant une finale minérale et beaucoup de finesse.

L'occasion de redéguster ensuite certains de ses vins avec des excellents plats concoctés spécialement par le voisin Jean-Claude Julliat, du restaurant Au Sapin.

Il reste quelques places pour les futures verticales (40 fr. la dégustation, 150 fr. avec le repas et les vins) www.philippebovet.ch.

Et Bovet va également fêter ses dix ans avec quatre jours complets de portes ouvertes qui s'annoncent très bien, du 17 au 20 mai prochain (non, pas en même temps que les Caves ouvertes vaudoises).

10:39 Publié dans Vins | Tags : vin, vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.