Widgets Amazon.fr

« Le Bocuse d’or suisse est Tessinois | Page d'accueil | Avant le carême, on emmagasine du gras dans toute l’Europe »

08/02/2012

Le capuccino de champignons des bois d'Alain Chapel

Alain Chapel 4.jpgIl y a comme ça des plats qui vous restent, que vous pouvez décrire avec émotion vingt ans après. Moi, par exemple, au mitan des années 80, j'ai passé une très belle soirée chez Alain Chapel, dans son restaurant de Mionnay.


Si le souvenir d'une excellente soirée m'est resté, celui des plats dégustés s'est estompé. Sauf... sauf ce capuccino de champignons des bois, servi dans un gros bol, camouflant sous sa mousse qui annonçait les espumas d'aujourd'hui toutes les odeurs des sous-bois, transformant le moment en parcours émouvant, faisant scintiller les images d'arbres, les lumières d'automne, cette légère humidité de l'atmosphère qui rend chaque fumet particulier. Le capuccino de Chapel, c'est un peu ma Madeleine de Proust.

Alain Chapel, celui qui avait repris le restaurant de ses parents en 1967, celui qui avait reçu sa troisième étoile en 1973 pour ne jamais la perdre, celui qui avait formé Alain Ducasse et tant d'autres, celui qui, malheuresement, est décédé trop tôt en 1990. Sa femme, puis ses deux fils ont tenté de poursuivre l'oeuvre avec l'aide de Philippe Jousse, conservant deux étoiles à Mionnay. Mais les temps sont durs. Le restaurant a fermé pour, sans doute, ne plus rouvrir.

Il ne me reste plus que ce souvenir que ravive chaque visite dans un sous-bois d'automne.

Les commentaires sont fermés.