Widgets Amazon.fr

« Les truites du Léman s’ébattent à Rolle | Page d'accueil | Un vin patrimonial »

31/12/2011

Le combat des chefs, c’est impitoyable

giovannini2.jpgBon, autant vous l’avouer tout de suite, j’ai donné un microscopique coup de main au documentaire de Jean-François Amiguet dont je vais vous parler et qui passe dimanche soir sur TSR 2. Donc, si je vous en dis du bien, vous allez penser que je suis partial.


Avec le producteur Jean-Louis Porchet, Jean-François Amiguet a suivi les péripéties du concurrent suisse au Bocuse d’Or 2011. Franck Giovannini est sous-chef à Crissier, chez Philippe Rochat. En 2007, il avait terminé troisième au concours de cuisine artistique parrainé par le célèbre chef lyonnais. Là, le Suisse voulait faire mieux encore. Les caméras de l’équipe l’ont suivi pendant ses entraînements, les jours de congé, avec son commis, Cécile Panchaud.

Car le Bocuse d’or, c’est un peu les JO de la grande cuisine, avec son lot de sponsors, avec les concurrents qui peuvent y consacrer toute une année de préparation, à l’image des Nordiques, qui ont finalement gagné en 2011. Comme un reportage sportif, Le combat des chefs suit les épreuves suisses, puis européennes avant la finale lyonnaise, avec le commentaire de Thierry Romanens en envoyé spécial.

Ce film est aussi l’occasion aussi de faire le point sur la succession qui aura lieu fin mars à Crissier, entre Philippe Rochat et Benoît Violier.

Dimanche 1er janvier, TSR 2, 20 h 15.

Les commentaires sont fermés.