Widgets Amazon.fr

« Décotterd pour motiver les maîtres de cuisine | Page d'accueil | A Bordeaux, les grands crus sont en fête, les petits en danger de mort »

01/07/2011

A Saint-Prex, l’Auberge de l’Union entonne sa réouverture en fanfare

union1.jpgSi la commune faisait la fête jeudi soir 30 juin pour la réouverture de son auberge après quatre ans de fermeture, les clients ont déjà pu apprécier depuis près d’un mois la cuisine et le cadre de celle-ci.


Le décor, justement, est joliment moderne, aéré dans la grande salle à manger et la véranda qui donne sur la tour de l’Horloge de la cité médiévale. Le tout pourrait contenir 120 personnes, mais les jeunes patrons ont choisi de s’en tenir à 80 couverts.

Wilfried Nicolle, 32 ans, vient du Calvados et travaillait au Bistrot d’Olivier Brasselet, au Mont-sur-Lausanne, dont on retrouve les couleurs dans la décoration. Il propose une cuisine agréable, mettant en valeur les produits de la région sans les masquer par trop d’artifices. Les assiettes sont très jolies et colorées, les goûts bien marqués et l’addition raisonnable.

Récemment, le plat du jour proposait des tronçons de féra parfaitement cuits, posés sur un risotto aux tomates onctueux et parfumé (17 fr.). Un autre soir, nous avons apprécié une soupe froide de melon bien aromatisée au basilic, qui accompagnait des jolies bruschette au jambon cru (15 fr.). La salade de chèvre aux parfums d’érable (21 fr.) montrait un bel équilibre des goûts entre les tranches de pain grillées au chèvre et le sirop d’érable. La salade proprement dite aurait mérité, elle, une sauce un peu moins crémeuse à notre goût.

En plat principal, les filets de perche sont garantis du pêcheur local, ce qui devrait justifier leur prix élevé (47 fr.), d’autant qu’ils sont généreusement servis (200 g). Joliment dorés, un poil gras, ils s’accommodent d’une sauce tartare maison d’excellente facture. Le tartare de bœuf est haché au couteau (29 fr.) et bien relevé. Seul regret sur les deux plats: des frites un peu molles à l’arrivée.

La petite carte des desserts est garantie maison, comme la palette de sorbets (14 fr.). Et celle des vins part de Saint-Prex pour découvrir le monde, avec des propositions au verre. Enfin l’accueil, dirigé par la compagne du chef, Yingyi Yang, est très prévenant.

Auberge de l'Union, rue du Pont-Levis 11, 1062 Saint-Prex. 021 626 36 76. www.auberge-union.ch. Ouvert 7/7

Les commentaires sont fermés.