Widgets Amazon.fr

« Paolo Gervasi: la glace en héritage du grand-père | Page d'accueil | Offrez à vos descendants un champagne à 10 000 € »

16/06/2011

Les feux du Bangal allument agréablement les palais lausannois

bangal.jpgA l’avenue de Cour, côté Genève, le Bangal s’est agrandi d’une grande véranda vitrée, mais l’essence même de la maison dirigée par Hiron Nur Ahmed n’a pas changé: ici, c’est la cuisine du Bengladesh. Et pas question de dire qu’elle ressemble à la cuisine indienne, il y a des susceptibilités à ménager. Même si le Bengale se partage entre les deux pays. Hiron Nur Ahmed tient le Bangal depuis cinq ans, avec beaucoup d’humour et un français parfois difficile à comprendre.


Agréablement installés dans la véranda lumineuse, ou dans la salle plus chargée à l’arrière, on feuillette donc une carte qui ne fait pas dans le style encyclopédie, gage de plats vraiment faits à la demande. Comme ces singaras, des rissoles de légumes frites, bien épicées (7 fr. les deux). Même si la pâte était un peu trop épaisse, elle n’était pas grasse pour un taka (la monnaie du pays) malgré la friture.

Le patron prévient: l’agneau Vindaloo est très épicé (28 fr.). Et il n’a pas tort. Ici, on n’a pas occidentalisé les épices. La viande est tendre, justement cuite, et la sauce magnifiquement parfumée malgré sa force. Le poulet Tikka Massala (26 fr.) est plus adapté aux palais sensibles, là aussi avec une viande de qualité et une sauce qui mélange la tomate aux épices et aux oignons fondants.

On accompagne tout ça d’un Aloo Gobi de belle qualité, un mélange de pommes de terre et de chou-fleur sauté au curry (8 fr.). Et d’un nan, ce pain galette typique, lui aussi exempt de graisse dans sa version nature (3 fr.). Les amateurs le choisiront au fromage ou à l’ail (5 fr.).

Trois desserts exotiques concurrencent la carte des glaces. Et deux surprises sont à signaler dans celle des vins: quatre crus indiens (blanc, rosé, rouge) sont proposés, avec des cépages classiques. Les bouteilles européennes sont nombreuses et bien choisies, y compris en désirée. Une humagne 2009 d’Hubert Germanier, à Vétroz (VS), a bien résisté face aux épices (48 fr.). Sinon, des bières indiennes ou des lassis sont disponibles.

Le Bangal, av. de Cour 74, 1007 Lausanne. 021 617 85 25. www.restaurant-bangal.ch. Ouvert 7/7.

Les commentaires sont fermés.