Widgets Amazon.fr

« Un key lime pie à l’heure du Tea Party | Page d'accueil | Testé pour vous: des chips qui fleurent la Suisse »

08/11/2010

A Lausanne, le burger des copains

zooburger.jpgLausanne connaissait déjà le burger de loisirs à la Cabanne de Vidy, le renommé portugais de chez Jacky’s, celui du week-end au Grancy ou au Saint-Pierre, voire l’industriel McDo. Mais, depuis quelques années, la capitale regorge de sandwiches chauds différents, plus raffinés et goûteux.


Dès aujourd'hui, la gamme s’enrichira d’une nouvelle adresse qui se veut respectueuse de la nature. Le Zoo Burger est d’abord basé sur l’amitié qui lie les associés du projet. A leur tête, David Rigaud fait parallèlement son doctorat en psychologie. Son frère Adrien est boulanger-pâtissier et cuira sur place les différents pains, aux lardons, aux herbes de Provence ou aux tomates. Sébastien Such est le roi des grillades et des sauces. Et l’amie de David, Latifeh Hadji, est ingénieure en environnement. Le Zoo Burger essaie de laisser la plus petite empreinte écologique possible, «même si ce n’est pas toujours facile», explique-t-elle. On l’a dit, le pain est maison, le bœuf et la volaille sont de la région de Puidoux, les brownies ou les muffins aux myrtilles sont réalisés sur place. La décoration vient des puces ou des brocantes. Les emballages sont recyclables.

Mais l’important est d’abord dans le goût. «On a fait des semaines et des semaines pour tester nos recettes», explique David Rigaud. «Et la carte se veut évolutive, selon les saisons, toujours pour respecter la nature.» Surtout, le restaurant va fonctionner sur deux vitesses: à midi, rush oblige, une dizaine de burgers relativement simples seront proposés, de 9 à 14 fr. Et, le soir, place à un choix plus complexe, plus cuisiné, à déguster assis avec des frites (dès 16 fr.). Et, très vite, un service de livraison à domicile va démarrer.

Zoo Burger, rue Marterey 29. www.zooburger.ch.


Six autres burgers lausannois sous la loupe

burger_holycow.jpgSpécialisé Holy Cow

Ici, il n’y a que des hamburgers. Au choix: bœuf, poulet ou végétarien et cinq sortes de sandwiches chacun, du simple Beef (10 fr. 90) à l’ Elvis Blue Cheese (roquefort, bacon, confit d’oignons rouges, 13 fr. 90). Le Bacon Avocado (13 fr. 90) a une viande savoureuse et juteuse à souhait, et le mélange doux-épice fait merveille.

Rue Marterey 3, fermé le soir et dimanche.

burger_escape.jpgBritish The Great Escape

Le pub propose quatre sortes de hamburger, du «plus simple» (13 fr.) au plus élaboré (19 fr.). The Great Burger (iceberg, chou, tomate et ketchup). Si le sandwich n’était pas servi assez chaud, la viande était parfaitement cuite et le goût agréable. Servi avec des potatoes, fraîches, bien salées et goûteuses ou une salade.

place de la Madeleine, ouvert 7/7.

burger_etoile.jpgGénéreux Etoile blanche

Dans le burger du chef (19 fr. 50/15 fr. à l’emporter), l’épaisse et goûteuse tranche de viande repose sur un excellent coulis de tomates cerises et sous des oignons caramélisés. Un accord riche. Mais le steak est un peu sec malgré une cuisson parfaite. Et le fromage insipide. Avec une généreuse portion de frites maison.

Av. du Tribunal-Fédéral 1, ouvert 7/7.

burger_tireauflon.jpgAlternatif Tire-au-Flon

Version sud-ouest pour ceux qui n’aiment pas le bœuf. Du magret de canard (un peu cuit) et une lichette de foie gras poêlé dans un pain paysan aux olives tartiné de moutarde en grains et de mayo (32 fr.). Avec salade iceberg et tomate. Et, à côté, un bol de pommes de terre écrasées aux câpres et à la ciboulette. Décalé.

Voie du Chariot 6, fermé le dimanche.

burger_kaizen.jpgMassif Kai Zen

Ici, la viande hachée fait plus de 4 cm d’épaisseur. Pas facile à prendre en main, on se rabat sur les couverts. Le pain et le ketchup au gingembre sont faits maison. Les frites allumettes sont parfumées au romarin. La présentation est très soignée, sur ardoise. Si la viande manque de goût, l’addition est, elle, plutôt salée (39 fr.).

Rue Pépinet 3, fermé le dimanche et le lundi.

burger_palace.jpgTop Luxe Lausanne Palace

Voici le burger «5 étoiles»: le EB Burger, comme Edgard Bovier, le chef. Il n’est pas donné: 48 francs. Mais, à ce prix-là, la viande est de la Simmental (200 g) sur un émincé d’oignon blanc tombé, nappée de sauce aux truffes du Vaucluse et recouverte de foie gras (40 g) poêlé du Périgord. Avec salade et grosses pommes frites.

Grand-Chêne 7-9, ouvert 7/7.

Commentaires

Si on cite Vidy, Grancy, Saint-Pierre et McDo, il ne faut pas oublier les voisins Holy Cow. Terribles leur burgers. Caroline, le nouveau royaumes des burgers en Suisse romande ?

Écrit par : Xavier | 08/11/2010

Bien sûr, on peut aussi citer Holy Cow, ce que je faisais dans un encadré à l'article, qui ne figure pas ici. Tiens, je vais peut-être le rajouter...

Écrit par : Dave | 08/11/2010

Au temps pour moi, je n'avais pas pensé qu'il puisse y avoir un encadré à l'article, merci de la précision. Il ne me reste plus qu'à aller tester ces nouveaux et leurs frites (Qui manquent cruellement à Holy Cow. Pas plus fan que ça des chips Terra qu'ils servent personnellement) J'aime bien les Burts en chips, qu'on trouve à Lausanne à Globus (http://fxcuisine.com/default.asp?Display=234)

Écrit par : Xavier | 08/11/2010

Au Zoo, les frites sont maison et ça se voit. Je suis d'accord que les burgers du Holy Cow sont magiques, mais que leurs chips manquent un peu d'âme. J'ai rajouté le test des burgers à la fin de mon papier...

Écrit par : Dave | 08/11/2010

Sympa le test... mais je suis plus nuancée.
J'ai testé le cheese burger, il était sec et trop moutardé, et les frites bof-bof.
Mais l'équipe est vraiment sympa !

Écrit par : funambuline | 14/12/2010

Les commentaires sont fermés.