Widgets Amazon.fr

« Les éditeurs surfent sur la mode de la cuisine japonaise | Page d'accueil | Des recettes pour votre mobile »

05/05/2009

Et voici le gastrosexuel. Un homme, évidemment!

un_homme_dans_sa_cuisine_med.jpgL’observatoire international de tendances Future Foundation et, par la suite, Libération l'affirment: une nouvelle race d'hommes est née et ils l'ont baptisée "gastrosexuel". De quoi cause-t-on? D'un individu de sexe masculin, âgé en moyenne entre 25 et 44 ans, fondu de cuisine et qui fait de cette passion une arme fatale pour draguer la minette. En gros, des mecs qui adorent faire à manger et qui en profitent pour inviter de charmantes dames qu'ils séduisent par leurs plats avant des desserts où la chair remplace la chère. Le thème est tellement bien développé qu'il y a même un site internet où vous pouvez faire le test (en anglais). Site internet qui vante les mérites de la marque de plats cuisinés qui a commandé l'étude à Future Foundation, c'est bien fait, non? Le quotidien français, lui, a tenté de dégoter quelques spécimens de cette nouvelle race, histoire d'humaniser ce qui n'était qu'un concept marketing. Mais, dans le fond, pourquoi un homme qui fait à manger éveillerait-il davantage les fantasmes qu'une femme?


C'est vrai, quoi. Depuis la nuit des temps qu'Adam passait à chasser le mamouth jusqu'aux années 70, le mec ne s'est jamais vraiment intéressé à la popote, sinon pour la manger. La révolution sexuelle a convaincu certains mâles que la cuisine n'était pas une pièce qui leur était interdite. Et cette tendance ne fait qu'augmenter, à en croire le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie, qui a calculé que 51% des hommes préparaient aujourd'hui au moins un repas par semaine.

C'est bien là que le bât blesse. Nous autres hommes qui aimons faire à manger avons souvent le défaut de vouloir briller aux fourneaux. Qu'on s'appelle Jérôme ou David, nous avons ce côté très masculin de compétition. Et que je te prépare un truc que tu trouveras nulle part ailleurs. Et que je te cuisine ma spécialité qui m'a pris un temps fou. Et que je te trouve le petit producteur que personne ne connaît mais qui est d'accord de me vendre à moi, parce que je suis le meilleur. Et que j'aime bien qu'on m'admire parce que je sais manier le fouet. On est comme ça, nous autres.

Pendant ce temps, Madame continue à popoter toute la semaine, à côté de son boulot, du repassage et des enfants. Et c'est long, une semaine aux fourneaux, quatorze repas hebdomadaires sans compter le petit déj', soixante mensuels, près de sept cents annuels. Tandis que Monsieur fait son malin le samedi soir devant les copains, elle continue sa course de fond, sans public pour l'encourager.

Le jour où on pourra briller en société parce qu'on aura nettoyé les WC, peut-être que les messieurs s'y mettront aussi...

13:52 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Les grands esprits gastrosexués se rencontrent.

Écrit par : Estèbe | 06/05/2009

"La révolution sexuelle a convaincu certains mâles que la cuisine n'était pas une pièce qui leur était interdite."

C'est une façon de voir. Il y en a une autre, qui est liée à l'élévation du niveau de vie. La diversification des denrées en même temps que l'accessibilité plus grande de produits^jusque-là réputés rares a ouvert des champs d'investigation que nos mères et compagnes n'avaient pas forcément envie d'explorer.

Ma mère qui était une cuisinière hors pair "tournait" avec une douzaine de plats sublimes, dont une selle de chevreuil dont je n'ai jamais retrouvé l'équivalent dans mes casseroles à moi. Je retiens aussi ses filets de sole, sa rognonnade et sa charlotte aux marrons glacés...

Mais le jour où j'ai ramené de la lotte, du foie gras frais et un homard à la maison, j'ai dû les cuisiner moi-même...

Écrit par : Scipion | 06/05/2009

Le seul le vrai gastrosexuel est célibataire évidemment. Sinon à quoi bon ??? Et donc il assume le reste des tâches ménagères mais ne passe pas son temps à se lamenter à ce sujet.
Quant à l'esprit de compétition estèbien désolé. Pas plus qu'ailleurs. Les malades de la compétition existent dans tous les domaines. Ils sont rares heureusement...

Écrit par : Géo | 15/05/2009

Les commentaires sont fermés.