Widgets Amazon.fr

« Ils sont choux, mes choux... | Page d'accueil | Un patrimoine fêté »

27/03/2009

Grapillon change sa recette ancestrale

grapillon-femme2.jpg«Il est moins pâteux, vous ne trouvez pas? Plus frais et désaltérant, non?» André Fuchs, le responsable de la mue du Grapillon, déguste son nouveau nectar comme il le ferait d’un grand vin. Changer la recette d’une boisson historique comme le Grapillon est bien sûr une aventure, mais la société rolloise, qui appartient au groupe Schenk, a dû s’y résoudre devant la baisse de ses ventes. Entre une image désuète, la concurrence dynamique des sodas et autres boissons énergétiques, le moût de raisin vaudois perdait des vitamines. Nouveau look, nouvelle recette, nouvelle distribution ont pour mission de relancer la machine.


Le Grapillon, c’était le bébé d’Arnold Schenk. En 1944, celui qui créera le plus important commerce de vins suisse, a l’idée de lancer sur le marché un jus de raisin naturel, riche en sucres naturels, un produit idéal dans une Suisse rationnée par la guerre environnante.

Conditionné à Rolle, le Grapillon est fabriqué à l’époque à partir de raisins étrangers et de chasselas suisses (aujourd’hui, le jus est français et italien). On raconte même qu’Arnold Schenk avait acheté une épave de sous-marin après la guerre pour la transformer en citerne de stockage temporaire à Bordeaux. Le slogan «Le Grapillon, c’est si bon…» est né. On trouve le jus sur toutes les tables de restaurants et les rayons de magasins du pays. Dès 1949, il s’exporte dans d’autres pays, Belgique, Danemark, Suède ou Angleterre. Sa publicité est peinte par Victor Ruzzo (illustration ci-dessus). Une unité de production est même créée aux Pays-Bas. Puis le Moyen-Orient, allergique à l’alcool, ou le Japon s’emparent de la boisson. On trouve encore aujourd’hui un club de passionnés au Pays du Soleil levant.

Mais cela ne suffit pas. Au fil des années, Grapillon ferme son unité néerlandaise, puis supprime sa version raisin blanc il y a quatre ans. André Fuchs admet qu’il vend deux fois moins de Grapillon qu’il y a vingt ans, soit 3 à 4 millions de bouteilles par année.

Il fallait réagir. Le nouveau Grapillon, élaboré en quelques mois à peine, n’est plus un jus de raisin pur mais un nectar, à savoir que le jus est allongé avec de l’eau afin de le rendre plus rafraîchissant, plus léger et plus compatible avec un repas. Il est également très légèrement gazéifié. Mais il est toujours 100% naturel, riche en sucres de raisin gage d’énergie, et présenté uniquement en bouteille en verre. Autre nouveauté: à côté des flacons destinés à la restauration, un nouveau conditionnement en 75 cl est destiné aux commerces, même si la liste des distributeurs est encore courte (voir ci-contre). Des négociations avec des grands distributeurs sont encore en cours. A le déguster, on est d’accord avec son directeur: il est plus léger et plus frais.

Où le trouver?

La boisson est disponible en bouteilles de 2 dl et de 1 l dans les restaurants, cafés et bars du canton.

Les bouteilles de 75 cl sont en vente, pour le moment, chez:

  • Boutique Tournesol, Grand-Rue 31, 1180 Rolle;
  • Cave de la Rose d’Or, Ch. De la Viborne 1, 1184 Luins;
  • Œnothèque la Licorne, rue Louis-de-Savoie 79, 1110 Morges.
  • Aligro, Av. de la Concorde 6, 1022 Chavannes-près-Renens.

14:38 Publié dans Produits | Tags : boissons, raisin | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.