Widgets Amazon.fr

« Quand le boeuf aime les noix de cajou | Page d'accueil | La fête de l'amigne »

21/05/2008

Appelez-moi chevalier!

1548199165.jpg Ce n'est pas pour me vanter (mais quand même un peu), mais j'ai eu l'honneur d'être intronisé à la Baronnie Suisse de la Commanderie des Costes du Rhône. Oui, vous pouvez continuer à me tutoyer. Cette baronnie est tout à fait officialisée par la Commanderie française, et veut promouvoir et défendre ce terroir magnifique dont certains crus d'exception peuvent rivaliser avec les snobs de Bourgogne ou de Bordeaux. Vous voyez, ça commence, j'ai attrapé le virus...


Cela se passait à l'Hôtel Suisse Majestic, à Montreux (juste en face de la gare), dont je connaissais plutôt le restaurant typique pour touristes ou la terrasse magnifique qui domine les quais. Mais la brigade de Sylvain Stefanazzi a plus d'un tour dans son sac, pour preuve un banquet (une centaine de personnes quand même) d'excellente qualité. Crème brûlée de foie gras dans sa coquille d'oeuf et sa mouillette de cottage cheese truffé, risotto crémeux et sots-l'y-laisse à la raisinée, carré de veau et son jus à la fève de tonka, se sont succédé avec bonheur, dans une salle qui respirait les grandes heures de l'hôtellerie suisse début de siècle.

Mais les vins, me direz-vous? C'était fort bien, forcément. Du côté des blancs, un Vinsobres de chez Jaume 2007, un Cairanne Boisson 2006 ou un Muscat des Beaumes de Venise La Pigeade 2006 rappelaient que les Côtes-du-Rhône produisent aussi des blancs de qualité. Mais la palme, ici, revenait à un Saint-Joseph "Paradis Saint-Pierre" de chez Coursodon 2001, qui devait se défendre face à un Munster redoutable. Il a tenu le choc avec élégance et longueur.

Dans les rouges, un fantastique Les Rouliers, de chez Henri Bonneau, à Châteauneuf, qui est vendu comme "vin de pays" parce qu'il vient du Haut-Gard et parce qu'Henri Bonneau est un vigneron à part. Pour celui-ci, assemblage de deux millésimes (03-04) pour un résultat remarquable. Et un Châteauneuf-du-Pape Cuvée Prestige, de Roger Sabon, 2000, avait une belle palette de goût et une puissance imposante.

Si vous êtes sage, je vous montrerai ma médaille et mon diplôme... 

10:29 Publié dans Vins | Tags : côtes-du-rhône | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Si on peut continuer de te tutoyer, change aussi le nom de ton blog et appelle le "Blog de Maurice" ou "Blog de ma pooooome"! Vas-y, Chevalier!

Écrit par : Père Siffleur | 21/05/2008

Heureux de vous avoir satisfait par les papilles, j'espère que les propos qui vous intronisèrent vous plurent aussi… Ainsi qu'à votre épouse que vous ignorez trop superbement dans votre récit et j'en suis fort marri! reprenez-vous Chevalier!!!

Sans rancune…

Le Chancelier de la Baronnie

Écrit par : Christian Gerber | 21/05/2008

@ Monsieur le Chancelier,
Le texte que vous nous avez préparé était un délice dont ma femme et moi nous sommes régalés, et dont nous ne saurions assez vous remercier.

Écrit par : Dave | 21/05/2008

DITHYRAMBE

Cela nous fait une belle jambe!
Si dans un beau dithyrambe
Le tout nouveau Chevalier,
À son grand Chancelier,
Sert très gentiment la soupe
Pour le mieux garder sous sa coupe.
Quand le plaisir des papilles
S'allie à celui des papys,
Un des deux oublie sa mie
L'autre lui rappelle sa mamie!
Le premier en est tout marri
Le second n'est que le mari!

Écrit par : Père Siffleur | 22/05/2008

Les commentaires sont fermés.